des hommes et des femmes face à face

08 - Seulement après la TV ? Développer l'intimité du couple

I. Introduction

  1. Quelques remarques préliminaires
    1. Contrairement à l'héritage catholique concevant la sexualité que sous le seul aspect de la procréation, la Bible nous enseigne que le plaisir sexuel est légitime, et qu'il est même parfois un devoir (cf. Deutéronome 24.5, Proverbes 5.19, Cantique des Cantiques).

    2. La sexualité connaît des lois.

      1. Il est erroné de dire que la liberté sexuelle entraîne l'épanouissement sexuel. Non seulement la Bible dit le contraire, mais en plus, cela se vérifie.
      2. Dieu a imprimé dans la conscience humaine que la relation sexuelle n'est pas un acte anodin. Cela se vérifie dans pratiquement toutes les cultures :
        Un sociologue a observé que "sur les deux cent cinquante sociétés qui composent l'échantillon de Murdock, deux seulement laissent l'activité sexuelle féminine sans régulation sociale apparente.... Encore ces cas sont-ils douteux. ... Dans l'univers des cultures, la prohibition de l'adultère est très fréquente." (1)

    3. La sexualité d'un couple est l'aboutissement de leur union. Tout le reste doit être bien construit pour l'épanouissement de la sexualité. En d'autres termes, il faut avant tout développer une bonne communication et une harmonisation des rôles pour pouvoir espérer que cet aspect des choses se vive bien.

  2. 1 Corinthiens 7.2-5
  3. "2 Toutefois, à cause des occasions d'inconduite, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. 3 Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et de même la femme à son mari. 4 La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari ; et, pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. 5 Ne vous privez pas l'un de l'autre, si ce n'est momentanément d'un commun accord, afin d'avoir du temps pour la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence."

II. Pour le mariage

  1. Affirmation
  2. "Toutefois, à cause des occasions d'inconduite, que chacun ait sa femme, que chaque femme ait son mari."

    1. "Inconduite" peut se traduire par immoralité. C'est le terme porneia, d'où nous tirons le mot pornographie. Il décrit diverses situations :
      1. l'immoralité spirituelle, lorsque quelqu'un trahit Dieu ;
      2. l'immoralité sexuelle, pour décrire la prostitution, ou tout geste sexuel interdit dans la Bible.

    2. C'est dans ce dernier sens qu'il est utilisé ici. Paul reconnaît que la situation de célibataire comporte l'inconvénient d'être plus vulnérable à la tentation. Se marier devient dès lors une façon de se protéger bien que ce ne soit pas une raison suffisante pour se marier. (Cf. message sur le célibat).

    3. La Bible enseigne sans le moindre doute qu'il faut d'abord être marié pour vivre la sexualité :
      "Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les débauchés et les adultères."
      Hébreux 13.4.

  3. Justification
  4. Pourquoi ? 3 raisons :

    1. Parce que Dieu le dit !

      1. Cette raison est très simple, même si elle paraît simpliste.
        Si vous aimez Jésus-Christ, vous obéirez à Sa Parole, car par votre obéissance, vous montrerez la nature de votre amour pour Christ, nous dit 1 Jean.
      2. En tant que Seigneur, Il a le droit absolu de nous demander une vie comme Il le souhaite, même si cela ne semble pas logique.
      3. Dieu est créateur de la sexualité, il lui a donc prévu un cadre précis.

    2. Parce que l'amour-service passe avant l'amour-joie

      1. Ce n'est pas la sexualité qui fortifie l'amour dans un mariage, mais plutôt l'amour d'un mariage qui fortifie l'acte sexuel.
      2. Si les circonstances de la vie (maladie, difficulté, etc) vous empêchent de vivre l'intimité, vous saurez que votre amour tiendra le coup, parce qu'il aura été construit sur le principe de l'amour qui se donne.

    3. Parce que ça ne marche pas !

      1. Il paraît que notre génération est libérée !

      2. François de Closet dit : "Pourtant, dans cette fuite générale devant la personne, voilà qu'une heureuse évolution se dessine : la libération sexuelle. Nous pouvons raisonnablement espérer que les prochaines générations auront compris qu'entre deux draps le bien se mesure au plaisir partagé et le mal à l'insatisfaction, qu'en matière de sexualité la vertu est aussi dangereuse que le vice." (2)
        Ainsi la sexualité serait une simple fonction de l'organisme...

      3. Un sociologue observe : "Une fraction importante de la population serait même aujourd'hui privée de cette fonction essentielle qu'est le désir sexuel, cette situation s'explique par le manque de temps et l'accroissement du stress, par la prolifération des attributs de la sexualité dans l'imagerie collective (publicité, émissions de télévision, cinéma, magazines...) qui a tué le désir en le banalisant."(3)

      4. Dans les années 50, une enquête réalisée par un magazine américain très libéral (dans le sens de très immoral) a montré que les femmes chrétiennes appréciaient proportionnellement plus leur sexualité que les non-chrétiennes. Pourquoi ? Parce que ces femmes s'étaient préservées pures et étaient arrivées au mariage vierges, découvrant dans le cadre protégé du mariage les merveilles du couple.

    4. Tout comportement sexuel déplacé, c'est-à-dire en dehors du cadre du mariage, se payera douloureusement, Dieu ne veut pas que nos corps soit utilisés ainsi.

      Cela se paiera de deux manières :

      1. un esclavage : les gens qui débutent tombent dans une spirale qui les entraîne de plus en plus loin, car Dieu les livre jusqu'à ce qu'ils crient grâce et pardon, dans l'esprit de David qui disait :
        "Mes os se consumaient à l'intérieur de moi, jusqu'à ce que le confesse"
        Psaume 32

      2. un jugement : "Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption"
        Galates 6.8.

III. Pour le conjoint

  1. Le principe du devoir
  2. "Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit..."

    1. Il n'y a qu'un mot en grec pour dire "ce qu'il lui doit". Ce terme évoque la notion de "dû", de "dette".

    2. Paul exprime sans ambiguïté la notion de devoir sexuel. Il s'agit du devoir de donner, pas du devoir de prendre. En d'autres termes, il ne s'agit pas d'une exigence à faire peser sur le conjoint.

    3. En parler comme d'un "devoir" semble "anti-romantique". Mais souvenons-nous qu'il s'agit du devoir de donner un plaisir. Dans ce domaine aussi, c'est une volonté sans égoïsme qui génère les sentiments et le romantisme.

    4. Il existe plusieurs explications possibles à une certaine froideur au sein du couple :

      1. L'absence d'amour authentique

        Le Docteur Dobson raconte : (4)
        "Une femme écrivit à une journaliste très célèbre, lui affirmant que la plupart des femmes seraient satisfaites d'un simple "sois tendre et prends-moi dans tes bras". Elle mit la journaliste au défi de poser la question aux lectrices. Les réponses écrites (parfois plusieurs pages) montrèrent une grande frustration de la part des femmes. Leurs maris étaient des animaux sans tendresse, des égoïstes sans complexe. Des femmes étaient satisfaites avec des maris impotents - mais qui étaient tendres..."

        Messieurs, le manque d'amour envers votre femme pendant la journée, est la raison principale de la froideur de votre femme le soir, "après la TV".

      2. La présence d'une culpabilité

        1. Si la culpabilité est légitime (adultère, relations sexuelles pré-conjugales,...), la solution est simple : la repentance.
        2. Si la culpabilité est non fondée, (par exemple dans une famille qui ne parle jamais du sexe), il faut alors renouveler ses pensées, et mémoriser quelques versets qui font l'éloge de la sainteté des relations intimes dans un couple marié.

          "Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait."
          Romains 12.1-2

      3. Le manque d'information sur la manière dont Dieu nous a créés

        1. Les différences corporelles, physiologiques et psychologiques entre hommes et femmes sont énormes. L'incompréhension de ces différences peuvent expliquer certaines tensions.
        2. Ainsi, tout couple marié qui connaît quelques difficultés devrait lire par exemple le livre du Docteur Chrétien Tim La Haye, L'acte conjugal.

      4. Un traumatisme

        Il existe plusieurs milliers de cas de viols et d'incestes qui sont des traumatismes dont il est difficile d'effacer les effets.
        Dans ce cas , Mesdames, confiez-vous à une femme mûre, qui vous indiquera quelques étapes et une démarche, pour vous décharger de ce poids énorme.

      5. L'égoïsme, le refus d'élever l'autre au-dessus de soi

        Puisque la sexualité est présentée comme un devoir, il est possible d'élever l'autre au-dessus de soi. Dieu ne donne aucun commandement impossible.

  • Le principe de la réciprocité
  • "La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari ; et pareillement..."

    La perspective de Paul est parfaite : il demande à chacun de se laisser dominer par l'autre. Ainsi l'intimité s'inscrit dans le cadre de l'amour qui se donne, l'amour au service de l'autre, l'amour qui cherche le bien de l'autre, plutôt que le bien de soi.

    IV. Pour la pureté

    "Ne vous privez pas l'un de l'autre..."

    1. C'est une expression assez forte, on pourrait dire "ne vous volez pas".

    2. Le terme est utilisé en Jacques 5.4 où des ouvriers crient à Dieu pour les salaires qu'ils n'ont pas reçus, ou en 1 Corinthiens 6.7-8 où les gens de l'église portaient plainte pour ce qu'on leur avait volé.

    3. La construction du texte original laisse entrevoir une situation réelle à laquelle Paul veut mettre un terme. "Cessez de vous priver l'un de l'autre". Apparemment, certains à Corinthe pensaient qu'il était plus spirituel de ne pas avoir de relations sexuelles.

    " ... si ce n'est momentanément d'un commun accord, afin d'avoir du temps pour la prière ; puis retournez ensemble ..."

    1. Paul donne des conditions au jeûne sexuel :
      1. il doit être d'une période déterminée ("momentanément"),
      2. il doit être décidé ensemble ("d'un commun accord"),
      3. il doit prendre fin après le délai décidé ("puis retournez ensemnble...").

    2. La raison de s'abstenir (la prière) s'explique plus particulièrement dans le contexte "hyper-spirituel" de Corinthe. L'influence du mysticisme faisait croire à certains qu'il fallait peut-être vivre chaque seconde en prière.

    3. Car le jeûne sexuel aura tendance à placer le conjoint dans une situation dangereuse :
      "...puis retournez ensemble de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence."

      1. Si l'un des conjoints n'est pas satisfait de l'intimité de son couple ou si on lui renie la possibilité de cette intimité, il sera en "zone dangereuse". Il sera la proie de la tentation.

      2. Tout couple vit des moments où l'un des partenaires connaît des désirs moins forts (la maladie, le deuil, un stress particulier). L'amour doit être suffisamment fort pour l'accepter.

      3. Mais ces moments doivent être considérés comme des temps de "guerre spirituelle" ; Éphésiens 6.11 nous informe que le diable met au point de véritables stratégies pour faire tomber le croyant dans l'immoralité.

      4. Toutefois, quand bien même un homme ou une femme seraient tentés par des milliers de démons, il reste toujours le seul responsable du péché s'il cède. La Bible ne connaît pas d'excuse du type "c'est le diable qui me l'a fait faire". En Christ, nous avons toutes les ressources nécessaires pour faire face à toute tentation, toute pression, toute frustration.

      5. Enfin, cette perspective du danger ne doit pas être un moyen de pression sur l'autre : "Si tu n'acceptes pas, je serai tenté" !

    4. Rappelons que Paul corrige des tendances erronées. Son souhait, dans les relations de couple, c'est que l'homme aime passionnément sa femme, et que la femme se soumette et respecte pleinement son mari.

    5. C'est ainsi que dans l'amour fraternel, ils se parlent, résolvent leurs conflits, apprennent à se connaître, et surtout, apprennent à se respecter et à s'honorer mutuellement.

    V. Conclusion

    1. Si un homme exige de sa femme plus de chaleur, il n'a pas compris grand chose à ce message. Il doit plutôt chercher à exprimer quotidiennement un amour tendre par tout un tas de gestes et d'attitudes non sexuels.

    2. Parallèlement, une femme qui se refuse constamment a besoin de comprendre qu'elle met en danger à la fois son mari et son couple. Elle doit renouveler sa manière de voir pour chercher à aimer son mari aussi sur le plan physique.

    3. "Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier."
      1 Jean 2.1-2.

      Dieu a déchargé nos péchés, nos iniquités sur Lui-même pour que nous ne soyons pas condamnés. Allez-vous accepter ce transfert ?
      Pour en savoir davantage, lisez l'Evangile en un chapitre

    (1) J.C. Femmes : Données ethnologiques, Encyclopedia Universalis, Vol.6, p 1002
    (2) François de Closets Le bonheur en plus , p 316
    (3) Jean Mermet Francoscopie, p. 145
    (4) J. Dobson, Life for a lifetime, p 84

    Pour votre réflexion ...

    1. Vous êtes-vous laissé influencer par la société qui a oublié le cadre que Dieu a prévu pour vivre la sexualité ?
    2. Pour vous, la sexualité peut-elle fortifier un mariage ?
    3. Votre amour pour votre conjoint se manifeste-t-il à d'autres moments de la journée que le soir, après la TV ? De quelle façon ?
    4. Avez-vous réussi à préserver la pureté dans votre couple ?
    5. Avez-vous décidé d'obéir à Christ sans condition ?