S'examiner soi-même, un cours complet de relation d'aide. Leçon 4 page 5

s'examiner soi-même, leçon 4 pges 5-10

Retour

COMMENT LA BIBLE VOIT LE « MOI »

La sagesse de ce monde enseigne faussement que croire à la bonté inhérente de son « moi » est le fondement d'une vie épanouie. Cette vision erronée ne prend pas en compte les conséquences dévastatrices de la désobéissance à Dieu d'Adam et Eve. Une vie épanouie, selon l'Ecriture, n'est pas le résultat d'une bonne image de soi ou d'un plus grand respect de soi. L'Ecriture enseigne que l'épanouissement dans la vie découle de votre relation avec Dieu et d'une réponse biblique au problème du « moi » (d'après Proverbes 14.12; Matthieu 10.38-39; Luc 9.23-24; Romains 5.6 21; 7.15 25; 14.7-8; 1 Corinthiens 1.26-31; 2 Corinthiens 10.17-18; Ephésiens 2.1-9; Tite 3.3-7; Jacques 4.4-17).

I. Du moi sans péché au moi pécheur (la chute de l'homme)

A. Adam et Eve :

1. Furent créés à l'image de Dieu (Genèse 1.27; 5.1),

2. Vivaient dans un monde sans péché (Romains 5.12),

3. Bénéficiaient de la bénédiction de Dieu (Genèse 1.28),

4. Ne formaient ensemble qu'une seule chair (Genèse 2.22-25),

5. Devaient dominer la terre (Genèse 1.28),

6. Communiquaient personnellement avec Dieu leur Créateur (Genèse 1.28-30; 2.16-17).

B. Dieu n'a imposé à Adam et Eve qu'une seule restriction, qui réclamait une simple obéissance à son commandement, sans regarder à leurs désirs ou sentiments (Genèse 3.3). Adam et Eve perdirent leur statut privilégié auprès de Dieu lorsqu'ils cédèrent à la tentation en concentrant leur attention sur eux-mêmes (la convoitise, une sagesse empreinte d'orgueil, la satisfaction de leurs désirs charnels, c'est-à-dire tout ce que le monde peut offrir - 1 Jean 2.16). Ensuite ils désobéirent au commandement limpide de Dieu en choisissant de manger du fruit défendu (Genèse 3.1-7). En choisissant de concentrer leur attention sur eux-mêmes, Adam et Eve péchèrent et attirèrent les conséquences du péché sur eux-mêmes (Genèse 3.16-24) et sur chaque génération qui leur a succédé (Romains 5.12-21).

Voir le portrait biblique de l'échec de l'homme, I et II,

II. L'Ecriture révèle que l'homme naturel surestime sa propre valeur

A. Rien ni personne dans ce monde ne peut être comparé à Dieu (Exode 15.11; 2 Chroniques 6.14; Psaume 40.6; 89.7-9; Jérémie 10.6-7). Lui seul doit être exalté (Psaume 57.12; 97.9). Vous ne devez en aucune manière vous exalter vous-même (Proverbes 30.32). Comparé au Dieu Créateur, l'homme naturel est :

1. Comme la poussière (Psaume 90.3; 103.14) ;

2. Comme un simple souffle et une ombre qui passe, la durée de sa vie n'étant rien à la vue de Dieu (Psaume 39.5-6; 62.10; 144.4) ;

3. Comme de l'herbe (Esaïe 40.6-8; 51.12; 1 Pierre 1.24) ;

4. Comme une fleur des champs qui fleurit puis disparaît (Psaume 103.15-16; Esaïe 40.6 8; 1 Pierre 1.24) ;

5. Comme une vapeur qui apparait pour peu de temps et disparaît (Jacques 4.14) ;

6. Stupide et sans intelligence (Jérémie 51.17a) ;

7. Considéré comme rien et insignifiant (Esaïe 40.17; Daniel 4.35) ;

8. Comme un ver et pas un homme (Job 25.6; Psaume 22.7).

B. Si vous refusez de répondre de manière biblique au plan de salut de Dieu, révélé uniquement dans le Seigneur Jésus-Christ, alors aux yeux de Dieu vous êtes :

1. Sans valeur (dépravé, désapprouvé), détestable (Jérémie 13.10; Tite 1.16), rejeté par rapport à la foi (2 Timothée 3.1-8) et passible de mort (Romains 1.28-32; 6.23) ;

2. Corrompu, injuste et inutile (Psaume 14.1-3; 53.2-4; 143.2; Ecclésiaste 7.20; Romains 3.10 18) ;

3. Mort dans vos péchés (Ephésiens 2.1, 5; Colossiens 2.13).

Consultez vous pouvez changer selon le modèle biblique (première partie) ,sous IV. B, pour voir les autres conséquences du rejet de la vérité de Dieu en Jésus.

C. Mettre sa confiance en soi-même est futile, puisque :

1. Rien de foncièrement bon n'habite dans votre cœur ni dans votre chair (Jérémie 17.9; Romains 7.18) ;

2. Vous ne pouvez rien faire de fructueux sans l'aide de Jésus (Jean 15.5) ;

3. Sans Jésus-Christ, vous êtes esclave du péché (Romains 6.16-18; Hébreux 2.14-15) ;

4. Votre sagesse naturelle ne convient pas pour diriger vos pas (Psaume 94.11; Proverbes 14.12; Jérémie 10.23).

Consultez la voie de l'homme comparée à la voie de Dieu : quelques exemples .

III. L'image de Dieu en chacun de nous a été défigurée par le péché (conséquences de la chute de l'homme)

A. Le penchant naturel de chacun l'attire vers le péché (Ecclésiaste 7.20, 29; Romains 3.10-18), bien que les hommes soient :

1. Capables de différencier entre le bien et le mal (Genèse 3.22),

2. Rendus capables par Dieu de dominer la terre (Psaume 8.7-9),

3. Faits de peu inférieurs aux êtres célestes (Psaume 8.5-6),

4. Façonnés à l'image de Dieu (Jacques 3.9).

B. L'image de Dieu en vous ne peut se voir dans sa perfection sans péché, comme elle se voyait en Adam, puisque vous portez aussi l'image d'Adam après qu'il eut péché (Genèse 5.3; 1 Corinthiens 15.47-50).

C. Dieu vous a formé de façon merveilleuse dans le sein de votre mère (Psaume 139.13-15; Esaïe 44.24). Avant votre naissance, Dieu a fixé le nombre de jours de votre vie (Psaume 139.16) dans le but de vous voir répondre à la vérité telle qu'elle se révèle dans le Seigneur Jésus-Christ (1 Timothée 2.3-6; 2 Pierre 3.9).

IV. Dieu seul peut et veut aider l'homme à retrouver l'image parfaite de Dieu (la restauration après la chute de l'homme)

A. Le Seigneur Jésus-Christ est pleinement Dieu (Jean 1.1, 18; Tite 2.13) et il est venu sur la terre étant l'image du Dieu invisible (2 Corinthiens 4.4; Colossiens 1.15). Couronné de la gloire et de l'honneur de Dieu grâce à sa mort et à sa résurrection (Hébreux 2.9; 1 Pierre 1.20-21), il est le rayonnement de la gloire de Dieu et la représentation exacte de la nature de Dieu (Jean 12.45; 14.9; Hébreux 1.3).

B. Par votre naissance spirituelle (Jean 3.3; 1 Pierre 1.3-5), vous participez à la nature divine (2 Pierre 1.4) et êtes une nouvelle création en Christ (2 Corinthiens 5.17). Votre corps devient un temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 3.16; 6.19) qui habite en vous (Jean 14.16 17; Romains 8.9; Galates 4.6; 2 Timothée 1.14).

1. Puisque vous êtes une nouvelle créature en Jésus-Christ, votre vieille nature corrompue a été crucifiée avec Jésus-Christ (Romains 6.6) et vous vous en êtes dépouillé (Ephésiens 4.22). Vous avez revêtu la nouvelle nature, créée dans la justice et la sainteté de la vérité (Ephésiens 4.24). Vous pouvez maintenant être transformé à l'image de Jésus-Christ (Romains 8.29; 2 Corinthiens 3.18; Colossiens 3.10).

2. Puisque vous êtes une nouvelle créature en Jésus-Christ (2 Corinthiens 5.17; Galates 2.20), vous devez vous dépouiller des habitudes empreintes de péché de votre vieille nature (Romains 6.12-13; Colossiens 3.3-9) et revêtir les caractéristiques de Jésus-Christ de la nouvelle nature (Romains 6.17-18; Colossiens 3.10-24; 2 Pierre 1.5 10), au fur et à mesure que vous êtes renouvelé dans l'esprit de votre intelligence (Romains 12.2; Ephésiens 4.23; Colossiens 3.10).

3. Pour suivre Jésus, il faut renoncer à vous-même (Luc 9.23-24). Vous êtes appelé à :

a. Devenir un serviteur, comme le Seigneur Jésus-Christ (Matthieu 20.26 28; Matthieu 23.11 12; Jean 13.12-17; Romains 15.1-3; Philippiens 2.3-8),

b. Plaire à Dieu en toutes choses en marchant d'une manière digne de lui (2 Corinthiens 5.9; Colossiens 1.10),

c. Rendre gloire à Dieu dans tout ce que vous faites (Matthieu 5.16; Jean 15.8; 1 Corinthiens 6.20; 10.31; 1 Pierre 2.12; 4.10-11) comme Jésus l'a fait (Jean 17.4).

A consulter :

vous pouvez changer selon le modèle biblique (première partie)

vous pouvez changer selon le modèle biblique (deuxième partie) (Leçon 2)

les principes bibliques : la structure biblique du changement

le changement biblique est un processus

Conséquences des pensées, paroles et actions non bibliques (Leçon 7)

le renouvellement de votre intelligence

V. Vous pouvez être plus que vainqueur en Jésus-Christ en mourant à vous-même (la vie victorieuse après la chute de l'homme)

A. Dieu dans sa grâce a tout prévu afin que vous puissiez lui rendre gloire et l'exalter, lui et non vous-même (Psaume 115.1; Romains 1.19-21; 5.1-2, 6-11; Ephésiens 2.8-9). Jésus vous donne l'exemple de celui qui donne gloire à Dieu et ne se préoccupe pas de lui-même, car il n'a pas cherché sa propre gloire (Jean 7.17-18; 8.50, 54; Hébreux 5.5). Au contraire, il a vécu pour faire la volonté du Père (Jean 4.34; 5.30; 6.38) comme un serviteur qui apprenait l'obéissance par les choses qu'il souffrait (Hébreux 5.8) et ceci jusqu'à la mort (Matthieu 20.26-28; Philippiens 2.5-8).

1. L'homme se trompe concernant sa « propre valeur » - Vous valez plus que les formes inférieures de la création de Dieu (Matthieu 6.26; 10.29-31; 12.12; Luc 12.7, 24) et Dieu vous connaît intimement (1 Samuel 16.7; Psaume 139.13-16; Matthieu 10.30; Luc 16.15), mais vous méritez toutefois la mort à cause de votre nature pécheresse inhérente (Romains 1.18-32; 5.12; 6.23).

Votre adoption dans la famille de Dieu devrait vous amener à le louer et le remercier pour la gloire de sa grâce (Ephésiens 1.5-6). Il est faux de penser que vous êtes digne, de quelque manière que ce soit, de recevoir sa faveur imméritée (Romains 5.8; 1 Corinthiens 1.26-31).

2. L'homme se trompe concernant sa « propre suffisance » - Même les croyants peuvent se tromper en pensant qu'ils sont eux-mêmes à l'origine de bénédictions matérielles qui sont en réalité un don de Dieu (Deutéronome 8.11-18). L'orgueil (compter sur vous-même ou sur vos « possessions » au lieu de compter sur Dieu) précède la chute (Proverbes 11.28; 16.18; 1 Corinthiens 10.12). Vous ne pouvez rien faire de fructueux sans Jésus (Jean 15.5), et vous devez vivre dans une totale dépendance de lui, car il est la puissance et la sagesse de Dieu (Proverbes 3.5-6; 1 Corinthiens 1.24; Galates 2.20; Philippiens 4.13).

3. L'homme se trompe concernant « l'amour de soi » - Vous devez aimer Dieu (Deutéronome 6.5; Matthieu 22.37-38), mais il n'est écrit nulle part dans l'Ecriture que vous devez vous aimer vous-même. L'ordre de vous aimer vous-même est superflu, puisque vous le faites déjà. En fait, l'Ecriture vous ordonne d'aimer les autres de la même manière dont vous vous aimez déjà (Matthieu 22.39; Galates 5.14; Ephésiens 5.28 29). Notez que l'égoïsme, ou « l'amour de soi », est une des caractéristiques de ceux qui rejetteront la foi dans les derniers jours (2 Timothée 3.1 2).

4. L'homme se trompe concernant « l'affirmation de soi » - Par Jésus-Christ, vous êtes plus que vainqueur dans chaque situation de la vie (Romains 8.35-39). Le Seigneur ne vous a pas donné un esprit de timidité (crainte) mais de puissance, d'amour et de discipline (2 Timothée 1.7). Cependant, l'Ecriture ne vous dit jamais de vous affirmer, ni de vous imposer ; mais elle vous commande de vous confier totalement au plan de Dieu pour votre vie (Matthieu 6.33-34; Romains 8.28-29; Philippiens 4.19) tout en servant les autres (Matthieu 20.26-28), les estimant plus importants que vous-même (Philippiens 2.3-4).

5. L'homme se trompe concernant la « confiance en soi » - Ne vous confiez pas en vous-même mais confiez-vous seulement au Seigneur (Psaume 60.13-14; 73.26; Proverbes 3.5 7; Jérémie 9.23-24; 17.5-8; 1 Corinthiens 1.26-31). Le Seigneur est votre confiance (Proverbes 3.26), et vous ne devez placer aucune confiance dans votre chair (Philippiens 3.3). Vos capacités personnelles ne vous permettent pas de considérer qu'une chose provient de vous, mais votre capacité vient de Dieu (2 Corinthiens 3.5). En tant que serviteur de la nouvelle alliance (2 Corinthiens 3.6), vous pouvez être vainqueur uniquement par votre foi en Jésus-Christ (Philippiens 4.13; 1 Jean 5.4-5) et non à cause de votre propre force (Jean 15.5; Romains 7.14 à 8.8).

6. L'homme se trompe concernant « l'estime de soi » - En dehors de Jésus, vous n'avez aucune valeur inhérente à vous-même (consultez ci-dessus II. L'Ecriture révèle que l'homme naturel surestime sa propre valeur) ; mais dans son amour et sa miséricorde, Dieu prend soin de vous (Psaume 8.5). Après avoir reçu Jésus-Christ dans votre vie, votre valeur réside dans le fait que vous êtes en lui (Ephésiens 2.4 7, 19 22) et le connaissez (Philippiens 3.7-11).

7. L'homme se trompe concernant sa « propre justice » - Vous n'êtes pas juste en vous-même (Psaume 14.2-3; Ecclésiaste 7:20; Romains 3.10-12; 7.18), et vous ne pouvez pas gagner par vous-même une position de justice devant Dieu (Luc 18.9-14; Tite 3.5). Votre plus bel effort, s'il provient de votre propre force ou de vos propres mérites, apparaît comme un vêtement souillé aux yeux de Dieu (Esaïe 64.6) et n'a aucune valeur comparé à la foi en Jésus-Christ (Philippiens 3.7-11, en particulier verset 9). Votre véritable justice est fondée uniquement sur une foi sincère au Seigneur Jésus-Christ (Romains 10.8-10; 2 Corinthiens 5.21), c'est un don gratuit que Dieu vous offre dans sa grâce (Romains 5.17).

8. L'homme se trompe concernant « l'exaltation de soi » - Se recommander soi-même n'a aucune valeur (2 Corinthiens 10.18) et fait preuve d'un manque d'intelligence biblique (2 Corinthiens 10.12). S'élever soi-même est caractéristique d'une personne rebelle (Psaume 66.7) ou de quelqu'un qui ne connaît pas vraiment le Seigneur (Psaume 10.4; 83.3; 94.4). Ceux qui s'exaltent eux-mêmes seront humiliés (Matthieu 23.12; Luc 18.9-14, en particulier verset 14). L'exaltation de soi est l'expression d'une personne centrée sur elle-même, réprouvée par rapport à la foi dans les temps difficiles des derniers jours (2 Timothée 3.1-9, en particulier versets 2 et 8).

S'exalter de quelque manière que ce soit, c'est oublier ou renier le fait que vous devriez exalter la gloire de la grâce de Dieu (Ephésiens 1.5-6). Seul le Seigneur doit être exalté (Psaume 148.13). Quant à vous, glorifiez-vous :

a. dans le Seigneur (Psaume 20.8; 34.2-4; 44.9; Jérémie 9.24; 1 Corinthiens 1.31; 2 Corinthiens 10.17),

b. de la croix de Jésus-Christ (Galates 6.14),

c. de vos faiblesses (2 Corinthiens 11.30; 12.9).

Si vous vous élevez vous-même, vous serez humilié ; mais, si vous vous humiliez sous la main puissante de Dieu, il vous élèvera en temps voulu (Matthieu 23.12; 1 Pierre 5.6).

B. Rappelez-vous quelle est votre identité en Christ

Référez-vous à :

vous pouvez changer selon le modèle biblique (première partie) sous III, D et VI, C et

vous pouvez changer selon le modèle biblique (deuxième partie) .

VI. Conclusion

A. Depuis Adam et Eve jusqu'à aujourd'hui, les hommes ont péché en s'élevant eux-mêmes. La mort à soi-même ne peut se réaliser qu'en Jésus-Christ (Romains 5.12-21). Ignorant la voie de Dieu, l'homme se tourne habituellement vers sa propre sagesse inadéquate pour traiter ses problèmes (Proverbes 14.12; Esaïe 55.8-9) et développe des solutions non conformes à la Bible, centrées sur lui-même au lieu d'être centrées sur Dieu.

Référez-vous à : données de base pour la recherche de solutions aux problèmes personnels .

B. Les philosophies humaines rejettent les solutions rédemptrices de Dieu et placent l'homme sur un trône. Selon elles, l'essentiel de la vie, échec ou réussite, trouve sa solution quand l'homme concentre ses regards sur lui-même. Ceci est l'essence même de l'humanisme matérialiste, et rend impossible toute intégration de la voie de l'homme à la voie de Dieu.

Référez-vous à : vous pouvez changer selon le modèle biblique (première partie) (Leçon 1).

C. La solution proposée par Dieu au problème du « moi » est une transformation (Romains 6.3-6; 12.2; 2 Corinthiens 5.17; Ephésiens 4.22-24), qui vous permet de mourir à vous-même et de vivre pour Jésus-Christ (Matthieu 10.38-39; Luc 9.23-24; Galates 2.20).

D. Même les problèmes de vie réputés « difficiles » (par exemple : la dépression chronique, enfants maltraités, femmes battues, l'alcool ou la drogue, l'homosexualité) ne pourront être vraiment résolus que dans la perspective biblique de vouloir plaire à Dieu (Colossiens 1.10) et compter sur la Parole de Dieu (Psaume 19.8-12; 2 Timothée 3.16-17; 2 Pierre 1.3-4) au lieu de vouloir se faire plaisir (Luc 9.23-24; 2 Corinthiens 5.15; Galates 5.16-17) et compter sur la sagesse humaine (Proverbes 16.9, 25; 1 Corinthiens 3.18-20). Rappelez-vous que Dieu a pourvu à tout ce qu'il vous faut pour affronter et traiter vos problèmes de sa façon à lui.

Référez-vous à : la voie de l'homme et la voie de Dieu (première partie) .

E. Dans les Béatitudes du Sermon sur la Montagne (Matthieu 5.3-12), Jésus donne le coup de grâce aux philosophies de l'exaltation de soi et de la confiance en soi.

Pour d'autres illustrations du contraste entre la voie de Dieu et la voie de l'homme, référez-vous à :

données de base pour la recherche de solutions aux problèmes personnels et

la voie de l'homme comparée a la voie de Dieu : quelques exemples .



Vaincre le problème du « moi » afin de vivre pour le Seigneur est le thème de Renoncer à soi même (première partie) et de Renoncer à soi même (deuxième partie) . Mais auparavant il est essentiel d'étudier les principes du changement biblique exposés dans les Leçons 5 à 8.

Retour

lec4p5 -